En face du bar de Courtecuisse, "le grand bar du Commerce", y'a un autre bar ou que je vais rarement; Ils l'ont appelé le Millénaire et personne ne sait pourquoi, mais moi, j'ai ma petite idée : c'est rempli d'intellectuels fatigués genre qui t'explique la transhumance des cloportes pendant les années bissextiles... Faut suivre... Yen a même un qui se prend pour la légende du siècle : il cite souvent Victor Rigaud et tous les grands parleurs qui ont dit beaucoup de conneries que certains se sont empressés de déformer avant de répéter.

Un jour, très solennel, le voilà qui déclame  haut et fort : "les Cévennes sont le creuset de la culture quand on s’occupe de ses affaires"...

Là, personne n'a bronché et un ange chargé d'encyclopédies est passé en rigolant, juste avant que le personnage n'ajoute très sentencieux : "Car en Cévennes, la culture... c'est l'oignon"... Sous les applaudissements muets de l'assistance qui a fait semblant d'avoir pigé.

Le gars, il est toujours en train de dire non : à quoi qu'on balance c'est "non !" Alors les collègues de sa table ils ont cru avoir compris comment le contrer et il envoient l'affirmation inverse mais au bout du bout, c'est toujours non : on se croirait dans une partie de belote coinchée.

Comme chante Courtecuisse en enfilant des grosses lunettes blanches et carrées: "Ça c'est un papé é é qui fait non, non, non, noon, non ; toute la journée, il fait non, non, non, nooon, non" en imitant Paul Nareff, vous savez celui qui a inventé le beau lérot de Cabrel !

Bref, pour en revenir au cultureu, dans une autre vie il jouait au football avec un ballon ovale et si tu veux avoir une conversation saine avec lui, tu commences a dire n'importe quoi et lui, il te réponds à côté comme un rebond de ballon de rugby ; comme ça il aura toujours raison et toi, t'auras peut-être pas tort. Si Bourdieu le veut...

Mais le plus marrant, c'est quand il se coltine avec celui qui, dans une autre vie, jouait au rugby avec un ballon rond ; alors lui, il a gardé ses habitudes de quand il était chien de garde du capitalisme : il bossait dans un organisme philanthropique agraire rase motte qui prête du blé au agriculteurs pour qu'ils puissent pas le rendre comme ça, in finé, nos braves paysans sont fauchés comme les blés, si vous voyez ce que je veux dire...

Mais lui, il bossait au moins 28 heures par jour... vu qu'il marnait la nuit ; enfin, c'est surtout lui qui le suggère avec ses allumages genre : "Et moi, je peux te dire..."

En fait, il s'entend bien avec le cultureu because il écoute pas ce que l'autre lui dit... ça slalome graves dans leurs échanges empathiques où la gentillesse du propos frise la soumission adoubée pour l'amour de l'humain.

T'as toujours l'impression que quand l'un parle, l'autre réfléchit pour envoyer une monstruosité incontournable.

Ah, là,là, y'a du sport au café du millénaire, surtout de 10h30 à 11h30...

Mais je vous en raconterai d'autres plus tard car là, je dois aller chercher madame Poissard, ma femme : avec ce con de docteur, ils ont enlisés mon 4X4 dans le petit bois de frousse chemise en cherchant des champignons... vous pariez qu'ils n'en ont pas trouvés ?