Ah, on est une bonne équipe de déconneurs, dans la bande, et on a tous des surnoms.

Par exemple, Lily Portial, on l’appelle Saint Claude parce qu’elle mesure 1,45 mètre et que… bref, vous m’avez compris : elle est célibataire parce que y a pas un gars du coin qui a voulu la marier ; Mais elle est bien brave et elle aime bien rendre service, surtout les soirs de bringue, si vous voyez ce que je veux dire…

Vous avez Jeanine Turou : la Coupatrèfle : Ce surnom lui vient de la belote : lorsqu’elle va couper à trèfle, elle se met à loucher et personne n’a pu expliquer ce phénomène. Mais ce qu’il a de certain, c’est que plus jeunes, on jouait souvent avec elle à la belote à deux avec des gages…

Vous avez  Chaudoreille : Jean Dupont, le directeur de la banque;

Je crois qu’on l’appelle ainsi parce que dès que quelqu’un n’est pas d’accord avec lui, il répète toujours :

 - Vous allez pas commencer à m’échauffer les oreilles, non ?  Sa banque s’appelle… heu…c’est vrai que j’ai promis de pas citer son nom… Bon, pour vous mettre sur la voie, je vous donne juste les initiales : BNP… Alors lui c’est un poète : figurez vous que sur le mur du fond de la banque, il a fait marquer en gros :  Ici, le bonheur est dans le prêt! 

Et aussi Calamar, un dragueur de première , avec lui c'est simple ; le monde féminin se partage en deux catégories : 1/ les chaudasses et 2/ les saintes n'y touche pas... c'est Saint Claude qui l'a baptisé Calamar mais on savait pas pourquoi, alors, un soir de java, sentencieuse, elle nous pose la question "Vous savez avec quoi on attrape les calamars ?" après le grand silence de l'ignorance elle nous a donné la réponse en rigolant "C'est un pêcneur de Sète qui me l'a dit : avec une turlutte !

Courtecuisse, lui, c’est son vrai nom… on a trouvé que c’était assez marrant comme ça pour pas aller chercher autre chose. Sauf quand il se met en short ; Alors là, on peut pas résister au plaisir de l’appeler Jambes-de-grive.

Ah ! Vous avez  Couillette , Robert Gros, le marchand de journaux : Tout le monde l’appelle  Couillette  sauf sa femme : elle l’appelle  Corinthe …

Et  Frappe-qu’un-coup  ? Le boucher ? C’est son surnom depuis le jour où il avait parié qu’il détacherait la tête d’un bœuf d’un seul coup de hachoir… ce jour là il était un peu bourré et il avait pas vu :

1/ que le bœuf, c’était un taureau,

2/ que l’ouvrier l’avait mal attaché sur le traîneau de l’abattoir

et 3/ qu’il était vivant…  Vous l’auriez vu, dans l’abattoir, courir devant le taureau qui le poursuivait ! Et il gueulait  

- Putain d’ouvrier, tu es virééééééééé 

Et puis vous avez Goliath : 1,55m pour 45 kilos, c’est un cherche merde pas possible ; Un jour, on était dans un bal de village, et comme d’hab il n’avait pas trouvé de nana qui veuille danser avec lui ; Alors, il voit un couple dont le gars mesurait au moins 1,80m et avec un balai qu’il avait trouvé, il voulait faire la danse du même nom ; Vous savez comment ça se joue ? Il y a que des couples plus un gars tout seul avec son balai et il se présente devant un couple et donne le balai au cavalier… normalement le gars doit laisser sa cavalière et prendre le balai seulement là, le gars, pas très cavalier, il y a rien laissé à Goliath ; heu… si, un gros marron dans son nez !

Et Goliath qui gueulait :  

- A moi, les copains !  Pour qu’on vienne le défendre, mais comme il n’avait pas payé sa tournée et que son adversaire avait l’air un peu enragé, on l’a laissé finir son travail, au gars… Vous auriez vous la tronche à Goliath quand on l’a ramené !  C’était qu’une enflure sa tronche ! Ah sacré Goliath, va !

Et puis  La Tremblante … ce mec, on sait tout de suite quand il vient de pisser : il a ses godasses toutes trempées !

Et moi ? Ah, vous ne connaissez pas mon surnom dans la bande, hein ?

Ils m’appellent tous vieux con… C’est affectueux, hein ?

Vous les entendriez me charrier amicalement :

- Hé, vieux con, paye ta tournée !  Ou alors,  

- Hé vieux con, passe moi ta bagnole  ou encore  

- Hé vieux con, ta grosse, elle est encore chez son toubib 

Un jour, la Saint Claude, pas fut-fut, qui me dit : 

- Vieux con ? Mais pourquoi vieux ?

 Il a fallu que j’y explique que c’était pour déconner…

Ah, y a pas, on est une sacré équipe et, pour rien au monde, j’en changerai, si vous voyez ce que je veux dire…